lundi 28 mai 2012

De Kunming (Chine) à Shangri-la (Chine)


Je passe 3 jours à Kunming, toujours en compagnie de Tanel. On réside dans une auberge de jeunesse où l'on rencontre plein de gens sympas. Entre autres, Rain de Pekin, parti pour Lhasa à vélo et Yan de Hong Kong qui voyage un peu au grès du vent avec son sac à dos. La veille du départ, sur le ton de la plaisanterie, Rain dit à Yan ''Allez, viens avec nous!'', avec Tanel on surenchérit un peu. Yan nous prend aux mots et achète un vélo d'occasion pour trois fois rien. On part donc à 4 pour Dali.

Kunming, 6 millions d'habitants, capitale de la province du Yunnan.

Kunming - les buildings gagnent du terrain sur la vieille ville.

Départ de Kunming - Loic, Rain, Yan, Tanel.

On part du plateau de Kunming à 2000 mètres d'altitude direction l'ouest vers Dali pour retrouver les montagnes. Ces quelques jours à rouler à quatre sont vraiment chouettes. L'ambiance est bonne, on rigole du matin au soir. Même si on pousse souvent Yan dans les montées, les kilomètres passent tout seul. Le fait de voyager avec des chinois facilite grandement les problèmes de communication avec les locaux. Même si la barrière linguistique est un ''problème'' dans tout les pays, ça l'est encore plus en Chine. La culture et la façon de penser sont très différentes de l'occident. Par exemple, même en dessinant ou en mimant avec la tondeuse, j'ai dû aller voir 2 coiffeurs différents avant de me faire couper les cheveux (enfin, le peu qu'il me reste).


Entre Kunming et Dali - difficiles travaux dans les rizières.

Chuxiong

La pause

On voit beaucoup de cyclistes chinois qui roulent vers le Tibet. Notamment un groupe de 8 avec qui on fait des bouts de routes. On se retrouve souvent dans les mêmes guest-house le soir. Comme Yan n'a pas de matériel de camping, c'est ''hôtel'' chaque soir. Tout y passe, de l'endroit plutôt classe au foyer d'ouvriers en passant par la pension de famille, le tout pour un prix de 1,5€ à 2,5€ la nuit. Sauf que parfois on se fait refuser l'accès à certains hôtels qui n'ont pas le droit d'accueillir d'étrangers sous peine de perdre leur licence. Parfois on est obligé de se rendre au commissariat de police pour se déclarer. C'est un peu le même principe pour internet, si on ne possède pas de carte d'identité chinoise on se voit refuser l'accès aux cyber-cafés. Et quand bien même j'arrive à me débrouiller pour utiliser un ordinateur, tout est filtré : pas de Blogspot, pas de Facebook, pas de Youtube... Un grand merci au passage à Mathieu qui met le blog à jour pendant mon séjour en Chine.

Rencontre avec le groupe de 8 jeunes cyclistes chinois

Un exemple de censure des médias du gouvernement chinois

Entre Kunming et Dali - les paysages du Yunnan

Dernier jour de route avant Dali. La soupe de nouilles de la veille au soir est mal passée, on se réveille tous malades ''comme des chiens''. On a passé la nuit dans un foyer d'ouvriers agricoles d'un tout petit village au milieu de nulle part. Dali est à portée de roue, on décide de prendre tout de même la route. 

6h du matin - cours du foyer - briefing et encouragement des ouvriers avant la journée de travail

Tanel : ''allez-y, je vous rejoins...'' pas facile de rouler malade...

Arrivée à Dali la nuit, il nous aura fallu le temps...

On passe deux jours de convalescence dans la cité antique de Dali. Le cadre entre le lac Erhai et des sommets qui culminent à plus de 4000 mètres rend l'endroit agréable.

Vieille ville de Dali

Dali – les plus gros ‘’baoze’’que j’ai trouvés (une autre sorte de raviolis chinois)

Aux alentours de Dali

Tanel n'a pas encore complètement récupéré de la soupe de nouille. Les jours passés en Chine défilent et on doit arriver avant la fin du mois à Shangri-la. C'est l'endroit le plus simple et le plus rapide pour prolonger notre visa. Je pars seul faire le petit bout de route jusque Lijiang.  

Ça s'active dans les rizières

Marché de Xitungxiang

Aux alentours de Lijiang

J'arrive à Lijiang le lendemain en fin de matinée. Tanel est déjà là, il a pris le bus pour me rejoindre. Plus grand et plus joli que Dali, Lijiang me donne bonne impression. Dans les ruelles de la vieille ville, les touristes (essentiellement chinois) y sont nombreux, mais ça n'enlève rien au charme de Lijiang.

Les ruelles de la vieille ville

Lijiang

Lijiang

Je quitte Lijiang avec Tanel cette fois. Direction Shangri-La, un peu plus au Nord. On retrouve les joies du camping. On commence à arriver dans les montagnes de l’Himalaya. Les dénivelés augmentent, les côtes se rallongent, la température baisse d’un cran et les paysages deviennent grandioses. Ils nous faudra grimper pendant pas moins de 50 kilomètres  pour arriver sur le plateau de Shangri-La à 3300 mètres d'altitude.  Au sommet, les visages ne sont plus tout à fait les mêmes, les vêtements et les habitations non plus.  On y trouve de grands espaces de pâtures, des chevaux, des yaks... On est toujours dans la province du Yunnan mais la zone est déjà culturellement tibétaine.

L'entrée des 'Gorges du Tigre''

A l'approche de Shangri-La, on a comme un avant-goût du Tibet

Aux alentours de Shangri-La
A bientôt.

1 commentaire:

  1. Quand on a soif et faim d'aventures il n'y a qu'une chose à faire c'est de faire un tour du monde à vélo voila un rêve qui se poursuit et même qui va se prolonger..
    bonne route avec encore pleins de souvenirs qui vont s'ajouter ..
    Bizz des parents

    RépondreSupprimer